( 9 juin, 2015 )

Affiche Liberté d’expression 1 C&M

( 9 juin, 2015 )

Affiche Liberté d’expression 2 C&M

( 9 juin, 2015 )

Louise Weiss Mathilde et Aurélia

( 9 juin, 2015 )

Elisabeth Badinter C&M

( 2 juin, 2015 )

Victor Hugo de C&M

( 2 juin, 2015 )

Victor Hugo de Aurélia et Mathilde

Littérature et société

 

Introduction :

Victor Hugo est né le 26 février 1802 à Besançon en France et mort le 22 mai 1885 à Paris. C’est un dramaturge, poète, et prosateur considéré comme l’un des plus importants écrivains de la langue française. Il est aussi une personnalité politique et un intellectuel engagé qui a joué un rôle majeur dans l’histoire du XIXème siècle. Les œuvres les plus connus de Victor Hugo sont des recueils comme Odes et Ballades (1826), Les Feuilles d’Automne (1831), Les Contemplations (1856) , les romans les plus connus sont  par exemple         Notre-Dame de Paris (1831) et Les Misérables.

Problématique : En quoi Victor Hugo est-il un auteur engagé ?

  1. I.                    Première partie : les œuvres étudiées.

Melancholia

Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer seules ?
Ils s’en vont travailler quinze heures sous des meules
Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d’une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l’ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d’airain, tout est de fer.
Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : – Petits comme nous sommes,
Notre père, voyez ce que nous font les hommes !
Ô servitude infâme imposée à l’enfant !
Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
Défait ce qu’a fait Dieu ; qui tue, oeuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les coeurs la pensée,
Et qui ferait – c’est là son fruit le plus certain ! -
D’Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
Travail mauvais qui prend l’âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d’un enfant ainsi que d’un outil !
Progrès dont on demande : Où va-t-il ? que veut-il ?
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l’homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Maudit comme le vice où l’on s’abâtardit,
Maudit comme l’opprobre et comme le blasphème !
Ô Dieu ! qu’il soit maudit au nom du travail même,
Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,
Qui fait le peuple libre et qui rend l’homme heureux !

                              Victor Hugo, Les contemplations

Ce poème écrit avec précision la société du siècle dernier, montrant les conditions déplorables des enfants dans le monde de l’usine. Il insiste sur le fait que ce sont les enfants et non les adultes qui donnent la joie de vivre au monde. Le poète décrit le travail répétitif, difficile et dangereux du travail industriel de l’époque. Il utilise avec splendeur des personnifications bien choisies pour décrire et comparer les machines à des monstres avec des attraits humains.

Ce poème a l’intention d’interpeller le lecteur, et pour le liseur déjà convaincu par cette cause, d’attirer sa pitié. Ensuite, nous remarquons que le vocabulaire employé pour les enfants est très contrasté quand à celui utilisé pour définir le travail. Il est vrai que de métaphoriser les enfants en anges et de faire devenir l’usine en enfer indique clairement une contradiction. Toujours de façon à marquer la dissonance entre les enfants et l’usine, l’auteur insiste sur l’innocence des enfants, de cette manière il écrit V.9 « innocents dans un bagne donc l’écrivain accentue l’injustice de la présence des enfants dans l’usine.

 

Le Journal d’un condamné

L’œuvre de Victor Hugo, se décompose en 49 chapitres. Le texte quant à lui, est divisé en trois parties : la première, ou le condamné raconte sa vie dans la prison de Bicêtre, la deuxième, la prison de la Conciergerie et la troisième d’une chambre de l’hôtel de Ville, juste avant son exécution.

Le récit est à la première personne, puisque le condamné raconte sa vie en prison dans son journal.

Dans ce livre Victor Hugo arrive à nous convaincre que la peine de mort est une chose inacceptable dans notre société, que c’est un acte barbare. La personne est anonyme car Victor Hugo veut nous montre ce que ressent le condamné ne s’applique pas qu’a lui personnellement mais à plusieurs personnes qui sont condamnées à mort. Dans ce livre il y a beaucoup de souffrance morale et physique.

Ce livre fait beaucoup réfléchir sur le sujet de la peine de mort, qui est un acte horrible quand on perçoit toutes les angoisses et les peurs que ressent le condamné. Victor Hugo veut faire réfléchir le lecteur sur cette acte. L’auteur ne précise pas l’identité du personnage afin que le lecteur ne si attache pas et qu’il ne s’attarde pas seulement sur son identité mais plutôt qu’il retienne les conséquences d’une vie quand on sait la date de notre mort.

Citation du livre :

« Ce mur c’est de la prison en pierre ; cette porte c’est de la prison en bois ; ces guichetiers c’est de la prison chair et en os .La prison est une espèce d’être horrible, complet, invisible, moitié maison ; moitié homme. Je suis sa proie ; elle me couve, elle m’enlace de tous ses replis. Elle m’enferme dans ses murailles de granit, me cadenasse sous ses serrures de fer, et me surveille avec des yeux geôlier. Ah ! Misérable ! que vais-je devenir ? qu’est-ce qu’ils vont faire de moi ? »

Les misérables

Dans son roman les misérables Hugo dénonce le travail des enfants comme le texte ou Cosette est au service des Thénardier, en plus de cela Cosette est mal traité par les Thénardier. Cosette, est un exemple de l’endurance éternelle de la bonté et de la charité. Elle endure des grandes difficultés et de la pauvreté avec les Thénardier dans un très jeune âge, mais elle ne perd jamais son innocence et n’abandonne jamais au cynisme. Après que Jean Valjean l’a sauvée, elle devient une fille bien éduquée et bien élevé avec pleine d’esprit depuis ses jours malheureux et sans d’espoir. Ceci reflète la transformation de son beau-père. Encore une fois, Victor Hugo montre bien que la bonté résiste toujours l’adversité.

( 2 juin, 2015 )

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Éditez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par e-mail à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

|